L’exposition d’aquarelles et de trompe-l’oeils, revieu

  • par

Vidéo de l’interview et présentation

L’exposition dans la salle Don Sancho de la Diputación de Palencia, m’a permis de préciser et de définir mes intérêts artistiques. Il y avait d’autres expositions avant et après.

Pour moi, cette exposition a été la plus motivante car j’ai ajouté mes deux activités principales. L’aquarelle et le trompe-l’eoil. Dans les deux cas, il y a de la place pour un dialogue à chaque instant avec le motif de ma peinture. A cette époque, L’Atelier de Santi n’existait pas tel qu’il est actuellement. Donc j’étais un artiste qui regarde à l’intérieur et à l’extérieur. Dans cet article, je passe en revue l’exposition, sa continuité. C’était le début de L’Atelier de Santi.

Aquarelles dans l’exposition

La activité avec  les aquarelles a été dans mon cas expansive, out. Comme une fenêtre qui a attiré mon attention sur l’extérieur. Non seulement cela, effectuer des aquarelles en plein air m’a fait avancer dans la direction et chercher le motif. Comme je l’explique dans l’exposition, la randonnée et l’alpinisme ont été une conséquence à plusieurs reprises de ma recherche d’inspiration.

Aquarelle de la rivière Alberche dans l'exposition

Aquarelle de la rivière Alberche dans l’exposition

Le dialogue avec le motif était et est impératif. Ceci, associé aux circonstances du moment, fait de chaque session une aventure différente. À certaines occasions, j’ai assisté à des décors naturels. Comme quand je peignais avec mon chevalet de champ à l’intérieur de la rivière Alberche. L’eau n’a pas atteint mes genoux et il faisait beau temps.

Et tout à coup les choses arrivent

Puis, en milieu de session, un bruit fort dans un arbre a attiré mon attention. Je pouvais voir assommé alors qu’une garduña (petit mammifère carnivore de la famille de la marta) chassait un canard. La branche où la capture avait été cassée et les deux sont tombés au bord de la rivière. Mais le canard était coincé entre les racines de l’arbre qui apparaissent sur la pente du bord de la rivière. Et j’ai pu observer, pendant longtemps, que la garduña, un animal beaucoup plus petit que le canard, libérait sa proie des racines pour l’éloigner.

D’autres fois, la situation n’était pas aussi agréable que lorsque des vaches couraient dans un pré à Guadarrama. En partant du chevalet, je pouvais, en courant, atteindre le mur le plus proche. Cela semblait très loin.

Je me souviens aussi que, à une autre occasion, j’ai dû me réfugier dans une voiture à cause du harcèlement des abeilles. C’était au Cerro de San Pedro à Madrid, près de Colmenar Viejo (« colmenar »en espagnol signifie rucher, est-ce un nom qui correspond?)

Aquarelle "Camino en Añon del Moncayo" à l'exposition

Aquarelle « Camino en Añon del Moncayo » à l’exposition

Les trompe-l’oeils à l’exposition

Ce genre de peinture a découvert moi-même. Car les trompe-l’oeils c’est la raison d’être de L’Aterelier de Santi. C’est à cause de la relation de ce genre avec l’art des maîtres classiques et baroques et de l’admiration que je ressens pour tout cela. Et la surveillance et l’apprentissage de son art ont transformé mon cas en commerce. De là vient L’Atelier de Santi. C’est aujourd’hui un genre très populaire, comme je pouvais le voir dans l’exposition de Palencia et plus tard.

Des allégories et des natures mortes baroques, j’ai appris à exprimer le monde et mes préoccupations. Concluant que la représentation des objets est aussi la représentation des sujets.

"Mes affaires", trompe l'oeil, huile sur panneau`à l'exposition

« Mes affaires », trompe l’oeil, huile sur panneau`à l’exposition

Et l’admiration pour les Maîtres que je suis est très grande. Tellement que je garde dans certaines de mes fausses étagères et trompe-l’oeils des objets copiés de certaines de ses œuvres. Jusqu’au moment Velázquez, Zurbarán, David y Van Claesz, ils ont été objectifs de m’approcher et d’apprendre de leurs capacités respectives à travers la copie des détails de leurs travaux. Et aussi J’ai projeté d’autres copies en format trompe-l’oeil d’œuvres des Maîtres admirés.

Etagère de Van Claesz, huile sur ancien volet

Etagère de Van Claesz, huile sur ancien volet

L’anecdote de l’horloge allemande

Dans ce processus de documentation et de copie des Maîtres, ils sont arrivés, et cela continuera à se produire, des coïncidences et des anecdotes, je suppose avec sa explication. C’est le cas, par exemple, de l’horloge de la tour allemande qui apparaît dans le portrait de la reine Marie d’Autriche réalisé par Velázquez (1652). J’ai déjà expliqué dans un post précédent la signification de cet objet dans le portrait. Mais lors d’une récente visite à la National Gallery de Londres, j’ai pu voir cette même horloge dans le portrait de Justino de Neve qu’est-ce que Murillo a fait en 1665. Coïncidence ou clin d’œil intentionnel?

Environ cinq ans après la mort de Velázquez et treize du portrait de Mariana de Austria. Murillo était le plus jeune des collègues, Alonso Cano, Zurbarán et Velázquez, que ce dernier a rencontré. Quelques mois avant la mort de Velázquez, il chercha le soutien de ses compagnons pour que la croix de Saint-Jacques de Compostelle soit accordée. C’était plus que de l’admiration et de l’amitié. Car il y avait aussi la complicité.

Détail dans le portrait de Justin de Neve par Murillo

Détail dans le portrait de Justin de Neve par Murillo

Horloge originale et l'horloge peinte par Velázquez

Horloge originale et l’horloge peinte par Velázquez

Si vous avez aimé cette publication sur le trompe l’oeil je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi;

Trompe-l’oeils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.