Le trompel’oeil « La librairie de Zurbarán »

  • par

Les raisons de « La librairie de Zurbarán »

Ce qui m’a le plus motivé à jouer ce trompel’oeil, « La librairie de Zurbarán », ce sont ses natures mortes. Ce sont, dans de nombreux cas, de vrais protagonistes dans leurs œuvres. La plupart des peintures de saints, et dans la série qu’il a peintes pour les ordres monastiques et conventuels, le livre apparaît comme un compagnon inséparable.

Je n’ai pas réussi à faire abstraction de votre environnement naturel le plus immédiat, c’est-à-dire, le naturalisme pictórical de Francisco de Zurbarán. C’est-à-dire le plateau castillan, où il a été négocié avec la laine et tous les produits du mouton, y compris le cuir et le parchemin. Il n’est pas étonnant que le jeune Zurbarán soit devenu, en plus d’un grand maître de la peinture, un grand homme d’affaires. Il a ouvert les portes de l’Amérique avec son travail prolifique auprès de nouveaux et nombreux clients de l’autre côté de l’océan. En cela, son influence de père a également été exercée comme marchand et commerçant à Fuente de Cantos y Lerena.

"Ram de Pâques" par Francisco de Zurbarán

« Ram de Pâques » par Francisco de Zurbarán

La librairie de Zurbarán, partie gauche

Sur les tablettes supérieure et inférieure du côté gauche du piège « La Librerie de Zurbarán », j’ai placé, avec le livre et la pomme, un ensemble encombré de livres monastiques de l’époque. Ces détails sont tirés du « Portrait de Fray Gonzalo de Illescas ». Ce travail a été réalisé pour la série Jérôme du monastère de Guadalupe. Bel ensemble d’objets qui composent une nature morte bien traitée et illuminée.

Accompagnez ce groupe un vase et des fleurs extraits de ce détail de « Vierge endormie ». Cette œuvre se trouve dans la cathédrale de Jerez de la Frontera. Il s’inspire des chansons et des poèmes consacrés à la jeune fille vierge à Séville aux XVIe et XVIIe siècles.

La librairie de Zurbarán, quartier droit

La librairie de Zurbarán, quartier droit

Détails des œuvres de Zurbarán "San Buenaventura recevant la visite de Santo Tomas de Aquino" et "Portrait de Fray Gonzalo de Illescas"

Détails des œuvres de Zurbarán « San Buenaventura recevant la visite de Santo Tomas de Aquino » et « Portrait de Fray Gonzalo de Illescas »

La librairie Zurbarán, à droite

Sur le côté droit de « La Librairie de Zurbarán », à côté d’une rangée de livres de ma récolte, j’ai placé un sablier. Copié du portrait de Fray Gonzalo de Illescas mentionné ci-dessus. Aussi les livres qui posent sur la table dans la pièce « San Buenaventura recevant la visite de Santo Tomas de Aquino ». Prodige de la peinture naturaliste comme d’habitude dans les natures mortes de Zurbarán.

La cloche apparaît dans plusieurs œuvres du professeur. Mais à cause de ses différents arrangements et lumières, j’ai choisi de créer les miens. Inspiré par le vôtre, mais mieux adapté à la composition générale. Enfin, il ne pouvait manquer d’inclure l’un des vaisseaux de l’emblématique « Still Life of Cacharros ». Il existe deux versions de cette œuvre, toutes deux magistrales, dans le musée du Prado et dans le musée d’art de Catalogne. J’ai copié celui de ce dernier car c’est l’éclairage qui convient le mieux à la composition que j’ai développée.

"La librairie de Zurbarán", quartier gauche

« La librairie de Zurbarán », quartier gauche

Les peintures finales du trompel’oeil «La Librairie de Zurbarán» photographiées par José Garrido Lapeña

Si vous avez aimé cette publication sur le trompe l’oeil je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi;

Trompe-l’oeils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *