Réversibilité dans la restauration de la peinture sur toile

La réversibilité des traitements de restauration en général est une condition et un critère de grande considération. Cela fait partie de la même fonction réparatrice de pouvoir revenir sur des traitements améliorables pour la conservation de l’objet ou du document artistique restauré.

Avant et arrière de l'ouvrage avant traitement

Avant et arrière de l’ouvrage avant traitement

Concept de critère de réversibilité

C’est l’un des principes inspirés par Cesare Brandi pour la conservation et la restauration des antiquités incarnées dans la Carte del Restauro de Roma (1972). Avec d’autres critères, comme une intervention minimale et la mise en place de traitements préventifs et plus conservateurs. Ce sont, à mon avis, le soutien de tout le développement de cette Carte, et des suivants, face aux critères les plus interventionnistes. En résumé, ce principe de réversibilité exprime l’importance que toute intervention et / ou traitement soit le plus sûr possible. Et y compris le remplacement, la modification et le retrait du traitement en question. Tout cela sans ou avec le moins de dommages à l’objet original, mais sans oublier que toute intervention a un degré minimum d’invasion dans l’œuvre originale.

Processus de retrait de l'ancienne doublure

Processus de retrait de l’ancienne doublure

Et pour expliquer ce concept et ses conséquences pratiques par un exemple, j’ai apporté l’expérience suivante et son suivi. Il s’agit d’une huile sur toile de la seconde moitié du XVIIe siècle appartenant à la paroisse de San Pablo à Saragosse. C’est un Saint Joseph avec l’enfant Jésus, une œuvre déjà intervenue sans documentation, mais pas trop loin.

Processus de retrait du liner et du greffon

Processus de retrait du liner et du greffon

Intervention réparatrice

En effet, dans cette intervention indéterminée, un ré-linning traditionnel (mise en place d’une doublure) a été réalisé avec de la bouillie de farine. Cette procédure est traditionnelle, et si elle est effectuée correctement, elle garantit une réversibilité contrôlée, sans endommager l’œuvre d’origine. Par conséquent, ce travail a été réalisé par un professionnel de la restauration connaissant bien le problème en question. Il a peut-être été restauré dans le dernier tiers du siècle dernier, il semble être conforme aux procédures et matériaux traditionnels en usage. Et la réversibilité du traitement choisi pour ce cas a prévalu.

État de conservation de la couche picturale et de la couche superficielle

État de conservation de la couche picturale et de la couche superficielle

Le regarnissage traditionnel (pose d’un revêtement) avec la bouillie de farine est réversible car des matériaux inoffensifs interviennent dans cette intervention au fil du temps. Cette pratique est testée dans la pratique depuis longtemps. C’était un traitement déjà utilisé au baroque, coïncidant avec l’essor de la peinture sur toile. Il existe de nombreux cas de tableaux, de peintures sur toile, qui ont survécu jusqu’à nos jours, renforcés par la doublure traditionnelle depuis l’époque de l’ancien Alcazar de los Autrichas au 17ème siècle.

Traitement réversible

La présente affaire présentait une doublure en gacha avec une toile de lin finement filée, analogue à l’original. Auparavant, il avait subi un «usé», un processus de durcissement et de vieillissement du matériau pour le rendre analogue à l’original. Par conséquent, il n’a pas montré d’altérations, de déformations, de changements de tension tissulaire, etc. La problématique actuelle de ce nouveau traitement était liée à la réintégration des tissus ou des greffons, et à l’assombrissement de la patine superficielle de la peinture, avec des traces de cires et une épaisse couche de vernis oxydés. Et précisément un patch mal appliqué et au-dessus de la doublure avait marqué le devant de la peinture. Les vieilles greffes, dont beaucoup couvraient les dommages causés par les brûlures de bougies, avaient bougé. Et certains défauts de tissu d’origine n’étaient pas greffés et avaient été plaqués directement sur la doublure.

Processus de nettoyage et de plâtrage

Processus de nettoyage et de plâtrage

L’état de conservation de l’œuvre et la dégradation de la couche picturale se prêtaient à une intervention conjointe avec un nouveau revêtement. Cet ancien traitement de doublure, bien exécuté à l’époque, permet, de par sa réversibilité, de réaliser désormais une nouvelle doublure. Et après avoir retiré l’ancienne doublure, effectuez un nouveau traitement presque complet en résolvant les défauts dès le début. L’enlèvement mécanique de l’ancienne doublure est réalisable sans qu’il soit nécessaire de récidiver avec du matériel supplémentaire, en pouvant l’enlever facilement.

Après le nouveau traitement de revêtement ou doublure, il a été possible d’intervenir avec le reste des procédures nécessaires, le nettoyage et l’élimination des vernis oxydés, les nouveaux greffons, le revêtement et la réintégration chromatique et la protection finale.

Pour en savoir plus;

La restauration de peintures sur toile

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.