Restauration des portes du palais des Pobes, phase 2

  • par

Restauration des portes; un ensemble varié

La restauration des portes a été à nouveau la motivation de mon activité dans cette deuxième phase. À l’occasion de la restauration et de la réhabilitation du Palacio del Marqués de Vargas ou Palacio de Pobes, à Casalarreina, les installations ont été agrandies avec des bâtiments extérieurs. Ces nouveaux bâtiments ont été construits là où se trouvaient les anciennes écuries, presque délabrées, mais profitant en partie de leurs murs extérieurs et autres supports utilisables. De même, d’autres bâtiments et entrepôts attenants ont été rénovés et reconstruits. Pour continuer à conserver son air ancien et rustique, des éléments de l’époque ont également été réutilisés, poutres, murs et, bien sûr, les portes.

Et pour cette raison, la direction a de nouveau demandé mes services pour assurer la continuité des travaux de restauration des portes. Mais la chose la plus intéressante dans cette deuxième intervention est la variété absolue des types de portes. J’ai sélectionné ces portes dans un entrepôt où les portes abandonnées ont été conservées pour être réhabilitées lors de l’intervention précédente. Les raisons pour ne pas les avoir réutilisées étaient alors variées. De même que certains changements dans la distribution des espaces, des difficultés à les adapter en raison de leur état de conservation à leur site d’origine, ou qui n’existaient pas à ce moment-là à leur emplacement d’origine, entre autres raisons.

Porte d'entrepôt avant restauration

Porte d’entrepôt avant restauration

De la porte d’entrée à la porte de l’entrepôt

La proposition pour la restauration des portes couvrait toutes les réhabilitations et améliorations possibles. De la porte d’entrée, gravement usée et endommagée, à l’ancienne porte rustique à barreaux qui menait à l’entrepôt. Et en passant par d’anciennes portes de différents types pour être réhabilitées et ainsi couvrir de nouvelles ouvertures. Parmi elles, une porte cloutée, une autre en orme avec des panneaux sculptés et une autre avec la moitié inférieure de panneaux de noyer sculpté et des treillis dans la moitié supérieure. Deux d’entre eux avaient leurs partenaires respectifs dans le palais, qui ont servi de référence pour le résultat final du nettoyage et de l’enlèvement des peintures dans les deux.

Heureusement, le problème général de la conservation pour la restauation des portes n’était pas structurel, mais la propreté et l’esthétique. Toutes les portes nécessitaient un nettoyage et, dans certains cas, l’élimination de la vieille peinture et du vernis. Plus précisément, il était nécessaire de renforcer et de greffer, en particulier dans les zones basses, les pentes et les endroits plus exposés. La porte d’entrée a été particulièrement touchée car, en raison des conditions météorologiques normales, de l’eau s’était accumulée de façon récurrente dans les plans horizontaux des traverses. Dans toutes ces zones, le bois s’était détérioré, pourrissant, perdant de sa consistance et de sa résistance.

Porte dite "de la flor", avant et après sa restauration

Porte dite « de la flor », avant et après sa restauration

La porte dite « de la croix »

La dernière porte que j’ai restaurée, dans la série de huit de cette phase, s’est avérée être la plus reconnaissante pour son esthétique. Ses matériaux étaient également plus nobles et colorés. En fait, il a à l’intérieur du palais un couple, puis restauré en la phase précédente, à la différence que le cadre dans celui-ci est en pin et dans celui-ci il est en orme. Les autres caractéristiques sont les mêmes, les mêmes dimensions, les mêmes motifs gravés dans les panneaux et la même répartition de ceux-ci.

Concernant l’état de conservation, la porte précédente a été entièrement repeinte. C’est précisément ce repeint qui a imité le schéma chromatique et tonal du cadre d’origine et des panneaux de la porte qui nous occupe maintenant. C’est-à-dire cadre clair et panneaux sombres. Peut-être pour leur donner le même aspect exprès, car sur la porte du palais précédemment restaurée, le noyer était de type léger.

Porte dite "de la croix" avant et après la restauration des portes

Porte dite « de la croix » avant et après sa restauration

Cette porte de menuiserie castillane n’a pas été repeinte ni interposée visuellement, mais elle était très sale et affectée par des dépôts et des détritus. Mais après le nettoyage, les grains de noix les plus frappants et les plus croquants apparaissent sur cette dernière porte restaurée. Le noyer, étant un bois noble, apparaît dans un très bon état de conservation.

Restaurer les portes; la porte « de la fleur »

La porte pour moi appelée « de la fleur » a une curiosité intéressante à revoir. C’est une porte lambrissée de noyer et le cadre est en pin « tea ». Et dans le panneau central des panneaux un motif végétal semblable à une fleur est sculpté. J’ai utilisé une excellente photographie du photographe Miguelón Sanz Lázaro pour expliquer mon hypothèse. Il s’avère qu’il est traditionnel dans le monde rural basque et ses environs de placer la soi-disant porte d’entrée des maisons « eguzkilore » (fleur-soleil). Sa signification principale est de protéger et d’attirer la bonne fortune. Et c’est pourquoi je signale une possible schématisation de eguzkilore.

Détail central de la porte "de la fleur", avant la restauration

Détail central de la porte « de la fleur », avant la restauration

A mon avis

Il est possible que l’artisan qui fabriquait la porte à l’époque ne l’ait pas fait avec cette intention, ou oui. Le fait est que lors de l’enlèvement des vieilles peintures et du nettoyage, quelque chose est apparu qui m’a fait penser à une certaine intentionnalité. Dans les espaces entre les feuilles, il y a systématiquement un signe incisé dont la signification mériterait d’être déchiffrée ou découverte.

Deux détails du motif incisé

Deux détails du motif incisé

Je signale, en principe, une possible schématisation du« eguzkilore » dans le panneau central de cette porte, soit par insinuation directe, soit par inspiration indirecte. Dans tous les cas, il reste à évaluer et à interpréter la signification des signes incisés, ceux-ci s’ils sont faits avec une intention et une paternité totales. Le motif incisé est répété en s’adaptant à chaque espace entre les huit feuilles du motif central. Peut-être aussi une schématisation d’un fruit ou un soupçon de feuilles? C’est quelque chose que je laisse ouvert pour information et suggestions dans la boîte de commentaires de cette publication ….. et merci pour votre intérêt et votre attention.

Eguzkilore sur une porte basque

Eguzkilore sur une porte basque

Photographie du « eguzkilore » dans une porte d’Aroa (Álava) originale par

Miguelon Sanz Lazaro

Si vous avez aimé cette publication sur la restauration des biens culturels, je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi

Restauration de portes dans le Palais du Marqués de Vargas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *