Restauration de portes dans le Palais du Marqués de Vargas

  • par

La restauration des portes est une activité dans laquelle L’Atelier de Santi a eu l’opportunité de reprendre le travail en 2019. C’était à l’occasion de la restauration et de la réhabilitation du Château-maison des Marques de Vargas, ou Palais de Pobes à Casalarreina (La Rioja). Les travaux étaient réalisés par la société Crea Restauración de Bienes Culturales S.L. et ils ont proposé, entre autres fonctions, le traitement des restauration  des portes d’origine.

Ci-dessous, j’insère la documentation fournie par l’archéologue conservateur Javier Garrido Moreno dans les travaux de restauration du palais Vargas sur l’histoire matérielle des portes du palais:

Note historique et artistique

« Les portes sont un accent extraordinaire de ce bâtiment singulier. Sa valeur se trouve, bien sûr, dans sa propre valeur d’art, non pas dans un sens académique et élitiste, mais dans le plus naturel et le plus vrai, lié à l’artisanat, aux plastiques et la culture matérielle. Mais inséparablement, cette valeur des objets uniques existe pour sa propre histoire et son authenticité: le bâtiment conserve ses portes et menuiseries d’origine des XVIIIe et XIXe siècles, qui nous sont parvenus et expriment directement leur propre histoire.

L’air du palais

Fondamentalement, le palais a été construit au cours de la première moitié du s. XVIII, dans un splendide style baroque, simple et d’inspiration classique. Mais, comme dans les bâtiments historiques, ce n’est pas une entité statique, mais un organisme vivant, qui a subi des changements et des ajouts dans son évolution. Et cela se reflète dans ses portes, qui ouvrent et ferment ses espaces intérieurs. Ainsi, d’un point de vue archéologique, pour les dater et les comprendre, ils ont dû non seulement être analysés dans leur fabrication, leur forme et leurs matériaux, mais aussi dans leur contexte: qu’ils soient ou non à leur emplacement d’origine, la chronologie du mur en qui sont ouverts, références documentaires, etc. Nous présentons ici quelques coups de pinceau très basiques de ces enquêtes, mettant en évidence un aspect particulier.

Avant et après la porte principale de la Plaza de la Florida

Avant et après la porte principale de la Plaza de la Florida

Un grand groupe de portes du palais, la plupart d’entre elles, sont des soi-disant ébouriffés ou quartiers – qui commencent en Espagne à la fin du XVIe siècle et se généralisent aux XVIIe et XVIIIe siècles – des portes robustes, dont la structure se compose sur les longerons et les barres transversales qui encadrent les cadres ou les roulements avec des dessins géométriques simples et des bords moulés. C’est l’image des portes que l’on retrouve, par exemple, dans les tableaux de Velázquez ou Zurbarán.

Portes nombreuses et variées

Au Pobes Palace, nous avons d’excellents exemples et une variété de types (une ou deux feuilles, décorées de losanges, de croix ou d’incisions sinueuses) en très bon état de conservation et avec leur matériel authentique. Ils appartiennent au premier moment de l’édifice et peuvent être datés pour la plupart dans la première moitié du XVIIIe siècle et presque tous dans leur configuration d’origine. Parmi eux, deux semblent plus anciens et, peut-être, réutilisés du plus ancien manoir (XVIIe siècle) et d’autres qui auraient pu être ajoutés dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Malgré leur simplicité, ils s’adaptent à l’usage convenu et les lieux de service sont différents de ceux qui donnent accès à une pièce principale.

Aile de la suite principale avec peintures

Aile de la suite principale avec peintures

L’autre groupe est composé de portes dites lambrissées, issues d’une évolution technique de la menuiserie, qui a permis la réalisation de planches plus fines et d’assemblages plus complexes. En Espagne, ils sont devenus populaires au XIXe siècle, bien qu’ils aient été utilisés dans les sphères aristocratiques et de pouvoir au XIXe siècle. XVIII. Ce sont des portes plus monumentales ou « d’apparence », généralement à deux vantaux ou portails, visuellement divisées en panneaux ou « panneaux » avec différentes compositions de cadres ou de dessins moulés, qui jouaient aussi avec la noblesse et la variété des les bois.

Dans le palais, nous avons quelques exemples notables de dates différentes. Presque tous se trouvaient dans des salons et des endroits en vue et laissaient la place à des caméras ou à des espaces plus privés. Sur les flancs d’une pièce principale au premier étage, il y avait deux splendides portes, premiers exemples de leur style, appartenant probablement à la fin du s. XVIII (pour l’adaptation du cadre et de la travée, pour les ferrures, les moulures mixilinéaires, etc.).

Et quelques curiosités

L’un d’eux, le plus noble et le plus frappant, présente un détail historique et décoratif très curieux: sur deux panneaux, un motif se faisait face sur les deux vantaux du portail; mais la figuration en relief – deux clés croisées à angle droit et orientées comme des axes cardinaux – a été consciencieusement éliminée, ciselée jusqu’à ce qu’elle soit plate. Cette action a été réalisée à une époque ancienne, bien que nous ne puissions pas la préciser et, bien sûr, nous ne connaissons pas la raison. Nous suggérons seulement que le symbole effacé ne peut pas avoir de signification religieuse (clés de San Pedro) car l’orientation et l’angle sont différents; au lieu de cela, la plupart des indices nous conduisent à l’iconographie maçonnique, en particulier au symbole du trésorier d’une loge.

Porte noble de la pièce principale aux motifs en relief ciselés

Porte noble de la pièce principale aux motifs en relief ciselés

Il existe d’autres exemples, datant du XIXe siècle, peut-être du milieu du siècle, où l’on sait que des interventions ont été effectuées sur le bâtiment. Un fait plus direct est donné par deux paires de portes identiques, situées aux extrémités d’une grande salle, qui communiquaient avec deux salles privées décorées de peintures: sur l’un de ses murs apparaît la date de 1851. Un autre, avec des incrustations en bois clair et une charpente architecturale, ferme une série d’espaces adaptés au siècle à de nouvelles modes et usages.

La date sur le mur peint

La date sur le mur peint

En conclusion, l’ensemble des portes de la maison-palais est très intéressant et précieux et nous raconte l’histoire de l’édifice. Maintenant, sa restauration permet de retrouver son utilisation et sa beauté d’origine. »

Javier Garrido Moreno, archéologue,

Restauration de portes. Types et classes

Le type de portes était varié, mais il y avait deux types de portes généralement liés à l’emplacement. Au rez-de-chaussée, le caractère rustique des portes était évident. À l’étage supérieur, les portes étaient faites de bois nobles et avec des travaux de menuiserie. Dans les deux cas, toutes les portes étaient d’un style castillan solide, c’est-à-dire d’une bonne consistance et d’une bonne construction matérielle. C’est quelque chose qui a rendu sa récupération très intéressante.

Avant et après dans la restauration des portes: face arrière de la salle lumineuse

Avant et après l’arrière de la porte de la salle lumineuse

Distribution. Types et classes

Le rez-de-chaussée était à l’origine la zone de service, les entrepôts et l’entrée des voitures. Donc à cet étage les portes sont moins raffinées qu’au rez-de-chaussée. Mais en tout cas, nous parlons de bois bien durci et de différentes époques (milieu du XVIIIe-XXe siècle). À cette époque et dans cet environnement, il n’était pas entendu qu’un matériel inapproprié était utilisé. Pour certaines portes, quels que soient leur emplacement et leur état, le bois mal séché ou / et mal coupé ne poserait que des problèmes d’utilisation et d’entretien. Quelque chose que dans les temps pré-industriels, ils préféraient éviter de fabriquer bien de première intention. Ainsi, le travail, entre autres, des séchoirs dans les opérations d’exploitation forestière était essentiel. Le pin était, avec le châtaignier et le bois d’arbres fruitiers comme le cerisier dans une moindre mesure, le matériau le plus utilisé dans la région où le service coexistait.

Dans le domaine majestueux du palais, mezzanine et principale, les portes présentaient une meilleure qualité de matériaux. Le pin, le châtaignier et le noyer sont les bois les plus utilisés dans sa fabrication. La fabrication de ces portes est plus élaborée. Le pin et le châtaignier sont utilisés dans leur élaboration pour le cadre et les barres transversales, et dans les panneaux, ils sont en noyer sculpté en pointe de diamant dans la plupart des cas. Et à d’autres occasions sous des reliefs sculptés dans les panneaux avec des motifs simples. Et il y avait des cas de portes armées de cerisiers et d’autres arbres fruitiers. Aussi lorsque les vantaux sont grands. Les raccords sont un peu plus élaborés, avec des charnières plus grandes et en forme de fer de lance dans beaucoup de ces cas.

Avant et après la porte nommée "de la croix"

Avant et après la porte nommée « de la croix »

État de conservation

Dans la restauration des portes, le bois, sa matière première, donne le ton pour éviter sa dégradation et sa perte. Le problème dans de nombreux cas et presque généralisé était l’attaque des xylophages, avec quelques cassures dues à l’usure. Il y avait plusieurs portes au première étage, qui étaient complètement repeintes imitant le cadre et les panneaux de bois différents. Ou dans d’autres cas, la repeinture était monochrome sur toute la surface et des deux côtés. Le tout dans le but de couvrir et non de durcir. Et sur la plupart des portes, l’attaque xylophage était visible à l’œil nu.

En général, l’apparence des portes était une perte générale de couleur et de luminosité. Quelque chose qui était encore observé même après avoir nettoyé la poussière et la saleté superficielle. En plus de l’attaque biologique des xylophages, le bois était sec par manque de nutrition et sans protection. De cette façon, il a été exposé à de futures altérations telles que des fissures et de la pourriture.

L’arrangement occasionnel ou l’ajout de matériel autre que l’original pour éviter les éventualités est apparu dans plusieurs des portes de la zone de service. Dans certains cas, les fenêtres et les ouvertures ont été sculptées à la main et avaient des volets de chat. Ces derniers, occasionnellement ou non d’origine, paraissaient actuellement recouverts de quelques planches ou treillis métalliques.

Processus de restauration des portes

Processus de restauration des portes

Traitements de restauration de portes

Les changements physiques et mécaniques subis aux portes des ajustements, des ajouts et d’autres circonstances au fil du temps, ont été résolus en fonction de l’adaptabilité et des critères structurels. Si les changements avaient supposé un non-sens esthétique et / ou fonctionnel, il a été restitué autant que possible l’aspect d’origine en éliminant les éléments dérangeants. Au contraire, lorsque ces changements n’ont pas altéré considérablement l’aspect esthétique de la porte, ni sa fonction structurelle, ils ont été préservés et intégrés dans le processus de restauration. Parfois, les ferrures et / ou leur emplacement devaient être modifiés lors du changement de position et de fonction de la porte elle-même dans le projet général. Ainsi que dans les clôtures des bouches, qui dans certains cas ont été remplacées ou changées de direction, en raison d’impératifs de travail.

Pour enlever les couches de peinture des portes repeintes, nous utilisons un décapant pour les premiers revêtements. Pour les dernières couches, nous utilisons toujours la procédure mécanique et manuelle. Avec cela, nous voulons éviter d’influencer autant que possible avec la procédure chimique sur la surface d’origine de la porte.

Finition, protection finale

Quant à la consistance matérielle du bois, elle a été affectée dans la majorité des cas par les vers à bois et les xylophages. Par conséquent, un traitement systématique, curatif et préventif a été effectué avec un protecteur en bois (Xylazel Total IF-T). Cette application a été réalisée avant les traitements suivants pour nourrir, protéger et patiner le bois. Et toujours après avoir consolidé la structure physique et mécanique en cas de besoin, faute de matériel ou de ruptures. Pour le remplissage des galeries, la protection et la patine finale, de la cire de même marque approuvée pour cet usage a été utilisée. Il a été appliqué à une spatule pour fermer les galeries de vers à bois. Et aussi une brosse puis un chiffon pour enlever l’excédent et brunir la brosse.

Dans les portes extérieures, un traitement au lasur et nourrissant le bois était essentiel, et beaucoup avec de l’huile de teck, plus raffiné et plus recommandé pour son affinité avec les bois traités.

La gestion du projet a été suivie par le directeur général de Crea restauración s.l., Carlos Martín Jiménez et son homologue de la Fundación Hacienda de Pobes, Jorge de la Hidalga Pistorius, que je remercie pour ce suivi et ses conseils.

Avant et après dans la restauration des portes; porte du hall de réception

Avant et après dans la restauration des portes; porte du hall de réception

Design graphique; Elena Ortega Rojas

Si vous avez aimé cette publication sur la restauration des biens culturels, je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi

Réintégration chromatique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.