« L’étagère de Velázquez » de L’atelier de Santi

  • par
Trampantojo "La Estantería de Velazquez"

Dans « L’étagère de Velázquez »  je voulais garder, en tant qu’élève qui garde ses notes pour toujours les relire, les représentations naturalistes de certains des nombreux objets peints par l’enseignant.

De copier Velázquez à cette ouvre, j’ai non seulement appris le métier et la technique, mais aussi des anecdotes et des histoires curieuses.

Étagères 1 et 2 à L'étagère de Velazquez

Étagères 1 et 2 à L’étagère de Velazquez

Détail du portrait de l'infante Marguerite de Velázquez, musée de Vienne

Détail du portrait de l’infante Marguerite de Velázquez, musée de Vienne

Étagères supérieures à « L’étagère de Velázquez »

– Sur l’étagère du haut, je garde le búcaro avec le bouquet de fleurs de marguerite, faisant allusion au portrait que j’ai copié du « Portrait de la princesse Daisy d’Autriche » (1654, Vienne, Kunsthistorisches Museum). J’ai également copié sur le tableau de « Las Meninas » (1656, Madrid, Museo Nacional del Prado) un petit pichet rouge, « aguamanil », avec son plateau, que la menine Doña Agustina Sarmiento offre à l’infanta. Derrière moi, j’ai peint une nacelle suspendue avec une toile à l’intérieur. On peut la voir dans le tableau « La mulata » (1617, Galerie nationale d’Irlande) et c’est l’une de ses premières œuvres connues.

Autoportrait de Tiziano, enseignant référent de Velázquez

Autoportrait de Tiziano, enseignant référent de Velázquez

Je voulais inclure une photo de « L’autoportrait du Titien » (1564, Madrid, Museo Nacional del Prado). Dès le début, Titien était son professeur et sa référence. À plusieurs reprises, Velázquez a pu voir, observer et étudier la collection d’œuvres de Titien dans l’ancien Alcazar de Madrid.

-J’ai placé sur l’étagère suivante un grand livre avec des feuilles volantes que j’ai copié dans le tableau « Portrait de Diego de Acedo, Primo » (1644, Madrid, Museo Nacional del Prado).
Son surnom « El Primo » vient de son deuxième nom de famille, Velázquez. Diego n’était pas un bouffon, mais un fonctionnaire chargé de classer les cloches avec un sceau royal. Ce qui est sur le grand livre est une boîte métallique pour coller les feuilles en vrac.
Velázquez a peint ce portrait à Fraga (Huesca) le jour d’Aragon à l’occasion de la prise de Lleida lors du soulèvement de la Catalogne.

Étagères 3 et 4 à L'étagère de Velazquez

Étagères 3 et 4 à L’étagère de Velazquez

Étagères inférieures à « L’étagère de Velázquez »

-Après, sur la troisième tablette de cette ouvre, j’ai copié un globe terrestre que l’on peut voir dans le tableau « Le géographe » (vers 1635, Rouen, musée des Beaux-Arts). À côté, j’ai placé une horloge de bureau allemande que l’on peut voir sur la photo « Portrait de la reine Marie d’Autriche » (1652, Madrid, Museo Nacional del Prado). La reine était une collectionneuse de montres. Cette copie est donc supposée être l’une de ses préférées. On peut actuellement voir un modèle égal au Musée des arts décoratifs de Madrid.

Tour de l'horloge allemande et le peintu par Velázquez

Tour de l’horloge allemande et le peintu par Velázquez

– Sur la dernière étagère, j’ai placé un pichet de vin copié de « Los borrachos », également appelé au début « Triunfo de Baco » ou « Bacanal » (1626, Museo del Prado). C’est en effet un bacchanal des plus rustiques. A côté de cela, j’ai placé un livre et roulé des fichiers copiés du tableau « Menipo » (1639, Museo del Prado). Comment un si grand personnage peut-il être enclin à prendre ces papiers? Et il n’en a pas besoin parce que cet homme sage et philosophe semble tout savoir par cœur.
J’ai aussi peint une feuille de papier sur laquelle j’ai apposé ma signature et j’ai écrit:
« Le Maître n’a pas signé parce qu’il est inimitable, mais je l’ai signé le moi »

« L’étagère de Velazquez », l’huile sur une porte mobile vieille, 138,5 x 68 cm.

Photographies finales de l’œuvre par José Garrido Lapeña

Si vous avez aimé cette publication sur le trompe l’oeil je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi;

Trompe-l’oeils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *