Ethnologie dans le trompe l’oeil de L’Atelier de Santi

  • par
Trampantojo_Invernal

Bon nombre des trompe-l’oeils que j’expose dans El Atelier de Santi ont une base ethnologique. Très ethnologique, j’oserais le souligner, est le contenu du trompe-l’œil, puisque les modèles de vie dans lesquels je m’inspire sont collectés dans mon environnement urbain et rural le plus immédiat. Ce sont généralement des objets, parfois recherchés et d’autres trouvés, à ma portée, dans l’environnement proche. Et ils sont pour moi aujourd’hui un motif de réflexion sur l’économie actuelle et la durabilité, l’économie circulaire, le recyclage, etc. En d’autres termes, ce que nous nous sommes proposés avec les objectifs de développement durable (O.D.D., 2015 Organisation des Nations Unies).

Ethnologie et artisanat

Les objets que je recherche et poursuivent sont avec une pointe de nostalgie. J’ai toujours admiré la production artisanale de nombreux objets qui, actuellement et depuis la révolution industrielle, ont été remplacés par la production de masse. A commencer par les objets que j’ai peints en trompe l’oeil comme « Les choses du grand-père »  en passant par les gadgets et les ressources maison, et en continuant avec les casseroles et les plats que je représente dans certains autres trompe-l’œil des recettes de cuisine. Et dans la céramique, la vannerie, l’artisanat du bois et du verre, j’ai trouvé des références et de l’inspiration.

Beaucoup de ces produits artisanaux surpassent esthétiquement leurs prototypes industriels améliorés, ces derniers étant peut-être plus efficaces. Mais on ne peut pas en dire autant de sa durabilité. Les produits artisanaux étaient toujours «fabriqués» à fond. Avec une connaissance et une expérience de l’utilisation de l’objet à fabriquer. A cela, il faut ajouter que sa «qualité» intrinsèque, c’est-à-dire la noblesse des matériaux, et son «rythme» de fabrication ont été privilégiés. Ceci, l’union d’une matière originelle de première classe et d’une fabrication minutieuse, a à son tour abouti à une esthétique plus artistique en raison de la spécificité de sa production. La qualité du genre importait plus que la quantité. Et c’est quelque chose qui a changé radicalement la fabrication et le design industriel. Jusqu’à l’arrivée du paradigme de l’obsolescence programmée.

Ethnologie et économie dans "L'ancien magasin"

Le trompe-l’oeil « Le ancien magasin »

Ethnologie et économie

L’économie durable et circulaire, qui sonne tellement aujourd’hui, nous ramène à la façon dont de nombreux artisans travaillent. Ainsi que le recyclage des matériaux et des ressources à leur avantage maximum. La matière première a été non seulement sélectionnée au préalable, mais elle a été classée en fonction de la qualité et de l’utilisation qu’elle serait donnée dans chaque cas. Il y avait donc aussi une certaine spécialisation dans cet aspect de l’utilisation matérielle. Toutes ces subtilités se perdent dans la production de masse. Dans de nombreux cas, le processus de fabrication finit par utiliser un amalgame de la même matière première pour toutes sortes de catégories. Et c’est alors qu’il n’est pas remplacé par un substitut qui permet avec son utilisation dans la fabrication une plus grande concurrence dans le prix de vente.

Tout a été utilisé du frêne, ainsi que du porc à la queue. Dans la longue existence d’un seul arbre, avant d’être abattu pour le charbon de bois, le bois de chauffage ou le mobilier fonctionnel, il a trouvé ses branches pour les bâtons d’outils, les accessoires et bien, beaucoup de fourrage. La conscience d’utiliser tous les matériaux était profondément enracinée et mettait en valeur toute matière première, évitant le gaspillage. L’attitude de profiter et de recycler, si en vogue aujourd’hui, était alors coutumière. Au contraire, et curieusement, la mode « vintage » a été prise par surprise dans le monde rural, où au début, il n’était pas entendu que les outils et accessoires courants seraient réévalués pour leur utilisation et leur coutume.

Une économie circulaire

Les guildes ont ensuite réagi, donnant naissance à une économie très similaire à ce que nous appelons actuellement une économie circulaire. Les syndicats de service, affûteurs, peintres, maçons, etc., étaient équipés de matériel et d’outils de petits fabricants et artisans selon leur spécialité. Et à leur tour, ces derniers ont été approvisionnés en matières premières par des exploitations agricoles locales et des coopératives. L’appellation d’origine était tenue pour acquise. Le réseau de relations commerciales était «loyauté» aux niveaux régional et régional, et toute aventure étrangère avait un matelas local.

Ethnologie dans le trompe-l'oeil "L'étagère du barbier"

Le trompe-l’oeil « L’étagère du barbier »

Ethnologie, usages et coutumes

L’ethnologie est le reflet des usages et coutumes d’un certain temps. Beaucoup de nos aînés ne comprennent pas la précarité des produits industriels. Et c’est parce qu’ils ont vécu une époque où les produits fabriqués étaient avec une garantie d’utilisation très étendue. Les choses ont été faites pour durer longtemps. Dans la plupart des cas, tout outil a cessé d’être « un outil » pour être « l’outil de ». Avec le nom et prénom de qui l’avait utilisé pendant une longue période professionnelle.

Le travailleur s’est fait son outil et vice versa. En plus d’un entretien rigoureux, l’outil a été amélioré pour être utilisé par le propriétaire. Même avec des changements ergonomiques, l’adaptation de l’outil à l’utilisation particulière et spécifique de l’utilisateur / propriétaire, et pas seulement pour son goût personnel. Nous appelons actuellement cela des outils de travail de personnalisation. Dans de nombreux cas également, comme ils étaient réparables, le même opérateur était chargé de résoudre les problèmes que l’outil pouvait provoquer lors d’une panne. Quel meilleur médecin que l’utilisateur et connaisseur de ses outils depuis si longtemps. C’est ce qu’on appelle le recyclage aujourd’hui.

Il veut être mon travail dans le trompe-l’œil de L’Atelier de Santi indiqué, un hommage à la production artisanale laborieuse des temps passés, et encore dans de nombreux cas, la céramique, la menuiserie, la vannerie, etc. Ce sont des produits très proches du travail artistique en série, car leur élaboration nécessite une réflexion et une approche préalables, mais dans une méthodologie traditionnelle.

Fragment du trompe-l'oeil "L'armoire de la cuisine de Velázquez"

Fragment du trompe-l’oeil « L’armoire de la cuisine de Velázquez »

Si vous avez aimé cette publication sur le trompe l’oeil je vous encourage à consulter la publication suivante de L’Atelier de Santi

Trompe-l’oeils

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.