Le portrait allégorique de L’Atelier de Santi

Le portrait allégorique de L’Atelier de Santi est la représentation picturale que je fais d’un groupe ou d’un individu, d’une personne ou même d’un animal. A travers ses possessions ou propriétés je réalise une composition à la manière d’une nature morte.Toujours dans les portraits traditionnels et en usage, la personne représentée est généralement accompagnée d’un objet de sa préférence, fétiche ou propriété. Dans cette modalité que j’expose, la personne apparaît représentée exclusivement au moyen d’objets qui lui sont liés, ils la représentent d’une certaine manière. Son apparence physique disparaît pour laisser place à une partie de sa vie ou de son histoire matérielle.

Attributs de son métier dans l'autoportrait de Murillo (National Gallery of London)

Attributs de son métier dans l’autoportrait de Murillo (National Gallery of London)

Référents stylistiques

Il y a, dans ce sous-genre que je présente, une forte inspiration baroque du genre de la nature morte (appelée « bodegón », en espagnol, quand il s’agit de cuisines et de la nourriture) et des allégories. Issu des peintures de la Renaissance, le portrait comprend généralement des objets qui nous parlent de la personne représentée, de son dévouement et de ses loisirs. Pas seulement son rang ou son statut, souvent représenté dans sa garde-robe, ses bijoux, ses bibelots et ses ornements. Des cas comme la série des sens et des philosophes de José de Ribera « l’espagnol », et les nains de Velasquez, ils sont un exemple clair de l’utilisation du portrait allégorique. Et en parcourant une longue liste de peintres qui ont commencé et ont continué à utiliser la nature morte et le « bodegón » de diverses manières pour faire de l’allégorie (Jan Brueghel, Clara Peeters, Willen Claesz, Frans Sniders, Giuseppe Archimboldo, Antonio de Pereda, etc.).

De très loin dans le temps (roman et proto-gothique), les pieuses représentations de saints et d’hommes éminents de l’Église catholique remontent. En eux, le personnage est accompagné de toutes sortes d’objets et d’accessoires. De ceux qui font référence à son origine et à son rang, à ceux de ses actes et miracles, en passant par les outils et les attributs de son martyre. Ainsi, un large catalogue d’attributs généraux et particuliers a été conçu à travers lequel le saint et / ou le martyr sont identifiés.

Nature morte (à gauche) par Willen Claesz. Heda, source d'inspiration pour le trompe l'oeil (à droite), de Santiago Ortega

Nature morte (à gauche) par Willen Claesz. Heda, source d’inspiration pour le trompe l’oeil (à droite), de Santiago Ortega

Portrait allégorique et portrait émotionnel

Dans la représentation de ces portraits allégoriques, les objets récurrents des portraits supposés jouent un rôle très important. Qu’il s’agisse de souvenirs, de loisirs ou d’objets de type fétiche, ils expriment tous un profil proche de la personne représentée. Mais je recherche aussi à travers cette manière de composer, la diversification des motifs. Afficher une variété d’objets dans la même représentation, en spécifiant le moins possible. Autrement dit, ne pas préciser le profil professionnel, le statut, la famille ou autre. Eh bien, toutes les nuances de la personnalité sont valables pour dépeindre le personnage de manière allégorique. Leurs goûts et leurs passe-temps, leur environnement et leurs influences, leur dévouement et leur artisanat, etc. Et la variété offre un portrait plus « polyédrique » ou volumétrique avec différents points de vue dans le psychologique.

Jouets de l'enfance de ma fille dans "Petit lapin et ses amis"

Jouets de l’enfance de ma fille dans « Petit lampin et ses amis »

J’ai commencé ce sous-genre en rassemblant une série d’objets de mon grand-père pour lui faire un petit hommage pictural. La composition de ce travail m’a placé dans une conversation avec ces objets, attribuant un symbolisme à leurs choses par rapport à leur histoire personnelle. Beaucoup de ces objets m’ont rappelé les moments partagés dans la maison de mon grand-père lors d’occasions festives et de réunions de famille.

Dans le même temps, j’ai sauvegardé les effets personnels de personnes proches, grâce auxquelles je pourrais avoir un souvenir de leur relation avec le propriétaire. Cela devint un motif de sauvegarde pour les compositions futures, car toutes représentaient d’une manière ou d’une autre leur propriétaire dans diverses facettes de son histoire de vie.

Un exemple proche, « La sobremesa » (*)

Dans tout ce processus, il y a aussi une relation et une interaction émotionnelle entre le représenté et ses objets. C’est un contenu émotionnel entre l’auteur et celui représenté à travers leurs objets associés, et aussi entre l’œuvre résultante et l’observateur. Ce dernier, l’observateur de l’œuvre, rapportera les objets composant dans son observation un profil du propriétaire desdits biens.

C’est l’un des cas les plus proches, et pour donner un exemple explicatif, L’après-déjeuner, « La sobremesa » (* Une conversation qui prolonge le repas au-delà du dessert et du café). Dans ce trompe l’oeil j’ai introduit des objets avec lesquels j’ai une relation émotionnelle directe. Ce n’est pas un autoportrait allégorique, mais il représente un moment avec un symbolisme allégorique lié à l’histoire de ma vie.

Dans cette composition, j’ai introduit des «choses» de ma mère, ou de ma « mama », car c’est une expérience qui remonte à mon enfance. Parce qu’après le déjeuner (en Espagne, le repas le plus important est à midi) était l’un des moments préférés de ma mère, où elle aimait parler avec ses enfants et sa famille. D’une certaine manière, cela fait partie d’un portrait allégorique plus large de ma mère, où l’on peut voir quelques goûts et préférences, avec leurs vices et leurs vertus.

Un certain portrait allégorique en trompe l'oeil "La sobremesa"

Un certain portrait allégorique en trompe l’oeil « La sobremesa »

Sauver des objets et des motifs de proches m’a également fait enregistrer des motifs et des fragments d’œuvres de mes référents et Maïtres admirés, comme La librairie de Zurbarán ou L’armoire de cuisine de Velázquez. Donner naissance à un projet, déjà en pratique et avec des copies faites, qui consiste à conserver mes préférences artistiques dans de faux placards et étagères picturales. J’ai justement appelé cette série « des étagères », et ce sera une raison agréable dans les prochaines publications.

Pour plus d’informations;

Peindre un trompel’oeil à L’Atelier de Santi

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.